Accord de pêche avec le Maroc : où est le Sahara Occidental?

Publié le par Jean Luc Guerbois

http://www.un.org/french/ecosocdev/geninfo/afrec/vol23no2/fisheries2.jpg

 

La négociation d’un accord de pêche étendu entre le Maroc et l’Union Européenne pose problème vis-à-vis du Sahara Occidental. Retour sur la situation.

Le Sahara Occidental, région située au sud du Maroc, est considéré par l’ONU comme un territoire non-autonome qui attend toujours, depuis 1991, la mise en place d’un référendum d’autodétermination. De fait, le droit international oblige les Etats européens à respecter le principe d’autodétermination du peuple sahraoui dans le cadre de l’accord économique de pêche étendu entre l’UE et le Royaume du Maroc. Et c’est bien là, semble-t-il, que le bât blesse car la négociation de cet accord étendu ne respecte pas, a priori, ce principe qui exige le consentement du peuple occupé. Les Verts/ALE l’ont bien compris et ont alors décidé d’interpeller le service juridique du Parlement européen qui a soumis une série de questions au Président de la Commission du Commerce, Karel De Gucht. Il lui a été demandé, tout d’abord, si la Commission sait, avec certitude, si les produits provenant du Sahara Occidental seront ou non inclus dans l’accord. Il lui a été également demandé si, jusqu’ici les produits échangés proviennent du Sahara Occidental? Et si oui, lesquels et en quelle quantité ? En attendant ces réponses, ce qui est certain c’est que l’accord de pêche étendu reste en suspend pour l’instant afin d’être sûr que celui-ci respecte bien le principe d’autodétermination du peuple sahraoui.

Le Septième Round des pourparlers directs entre le Frente Polisario et le Royaume aura lieu à la fin du mois de mai 2011.

Après avoir discuté, du 7 au 9 mars (Malte), de la répression et des détenus politiques sahraouis lors du Sixième Round des pourparlers directs entre le Frente Polisario et le Royaume du Maroc, les deux protagonistes se reverront pour un Septième Round dans le courant du mois de mai. Ce sera l’occasion, pour les parties, d’aborder d’autres problématiques telles que les ressources naturelles et le déminage du territoire, tout en ne manquant pas, une nouvelle fois, de mettre fin à l’emprisonnement illégal de centaines de détenus politique et faire stopper la répression du régime envers le peuple sahraoui.

Publié dans Monde

Commenter cet article