Contre les droits de propriété intellectuelle sur les semences, ressemons nos libertés !

Publié le par Jean Luc Guerbois

semencesLe colloque des 50 ans de l’UPOV1 organisé à Paris par le GNIS2, l'INRA et le Ministère de l'Agriculture est pour les paysans une véritable provocation à l'heure ou ils contestent la « loi semences » votée sans débat démocratique le 28 novembre 2011.

La Confédération paysanne a réaffirmé à l'occasion de ce colloque que ressemer et échanger ses semences à partir de sa récolte est l’acte fondateur de l’agriculture et à l'origine de toute la biodiversité cultivée. C'est un droit ancestral indispensable à l'autonomie des fermes et une liberté fondamentale inscrite dans le TIRPAA3. Les paysans ont été les premiers sélectionneurs et conservateurs de semences et revendiquent ce rôle de protection des biens communs.

Parce que la nouvelle loi semences a été préparée sans nous, et contre nous, nous avons refusé de débattre dans ce colloque qui n'installe à la tribune que ses défenseurs. La Confédération paysanne refuse en outre de payer des royalties sur les variétés autorisées par le biais des Contributions Volontaires Obligatoires (CVO). C'est pourquoi nous combattrons au côté du collectif « semons la biodiversité » cette loi jusqu'à ce qu'elle soit abrogée ! Nous demandons à tous les candidats aux prochaines élections présidentielles et législatives de s'engager dans ce sens.

Nous continuerons à ressemer et échanger nos semences au service de la biodiversité comme nous l'avons toujours fait. Communiqué de presse de la confédération paysanne : http://www.confederationpaysanne.fr/contre-droits-propriete-intellect-semences-re_331-actu_2015.php

Publié dans Agriculture et eau

Commenter cet article