Coup d’arrêt donné à l’essai OGM vignes de Colmar : pour sortir enfin de l’impasse de la manipulation génétique !

Publié le par Jean Luc Guerbois

 

http://www.lepoint.fr/images/2010/08/15/144190-74680-jpg_51507.jpg

 

Communiqué de presse du 15 août 2010

Le coup d’arrêt donné à l’essai OGM vignes de Colmar s’inscrit dans le combat mené depuis de longues années contre le développement de la manipulation génétique dans l’agriculture. Dans le cas présent, ce ne sont pas tant les risques de contamination de l’environnement qui légitiment cette opération spectaculaire, mais des considérations stratégiques essentielles.

L’agriculture se trouve aujourd’hui confrontée à un choix stratégique fondamental : continuer dans l’impasse productiviste en accroissant sa dépendance à l’égard des firmes multinationales de l’agrochimie et de la génétique, ou bien s’appuyer sur le développement des mécanismes naturels biologiques aujourd’hui mal connus au plan scientifique et qui nécessitent un effort absolument prioritaire en termes de recherche publique.

Par ailleurs, si l’on peut comprendre l’intérêt de la recherche de production alternative de médicaments par la transgénèse, en milieu strictement confiné, la société refuse très largement, à juste titre, le développement des cultures génétiquement manipulées. Ainsi l’opération conduite ce dimanche 15 août constitue une réponse forte à la relance d’un essai OGM qui vise essentiellement à cautionner les expérimentations à ciel ouvert : en témoigne l’inauguration en grande pompe programmée à Colmar le 16 septembre en la présence simultanée, tout à fait exceptionnelle, de deux ministres !

Au final, cette action spectaculaire ne relève pas de la délinquance mais de la désobéissance civile : il s’agit en l’occurrence d’une action collective, publique, pleinement assumée par les « faucheurs volontaires », qui vise à défendre l’intérêt général face au lobby de l’industrie des OGM dont la pression à tous les niveaux sur les instances de décision est constante.

Publié dans Agriculture et eau

Commenter cet article