Dans un contexte où on doit réduire la pollution d’origine azotée des eaux, le gouvernement pousse à l’augmenter !

Publié le par Jean Luc Guerbois

Le décret le 12 Octobre 2011 et relatif aux programmes d’action à mettre en œuvre contre la pollution par les nitrates d’origine agricole consacre l’augmentation des quantités d’effluents d’élevage permis à l’épandage.

En permettant de prendre en compte la surface agricole utile de l’exploitation et non plus la seule surface épandable, les ministères de l’agriculture et de l’environnement donnent leur accord à une plus forte concentration de nitrates épandue sur les sols et démontrent à quel point l’écriture des textes officiels est sous la coupe du lobby de l’agro-industrie.

En effet, le passage de la surface prise en compte pour calculer le plafond des 170 kg d'azote organique par ha à la surface agricole utile permet à chaque élevage en moyenne d'augmenter de 20% la charge organique de son exploitation.

 

Au moment où des plans de lutte contre les marées vertes voient le jour et où les coûts de la dépollution deviennent publics, cette décision est incompréhensible. Les changements incessants de règlements sont démobilisateurs et déstabilisants pour les paysans qui finissent par ne plus savoir ce qu’on attend d’eux tant les messages sont contradictoires.

 

Une bonne fois pour toutes, les ministères de l’agriculture et de l’environnement seraient bien inspirés de ne plus laisser le lobby de l’agro industrie écrire les politiques agricole et environnementale nationales.

 

Communiqué de presse de la confédération paysanne : http://www.confederationpaysanne.fr/dans-contexte-on-doit-reduire-pollution-origi_85-actu_1889.php

Publié dans Agriculture et eau

Commenter cet article