Europe-Ecologie-Les Verts dénonce le putsch de Laurent Gbagbo

Publié le par Jean Luc Guerbois

Communiqué de presse du 5 décembre 2010

L'OUA et l'ONU ont reconnu la victoire d'Alassane Dramane Ouattara, à l’élection du 28 novembre dernier. Europe-Ecologie Les Verts appelle Laurent Gbagbo à admettre le résultat et à organiser dans le calme la passation de pouvoir.

Comme tous les peuples, le peuple ivoirien a le droit de choisir ses dirigeants. Or, la Commission électorale indépendante (CEI), dont la légitimité avait été acceptée avant le scrutin, a reconnu la victoire sans appel de Ouattara, avec plus de 54 % des voix. L’ONU, qui observait ce premier scrutin démocratique de l’histoire du pays, en a garanti la sincérité globale.

Empêcher la CEI, devant les caméras du monde entier, de proclamer les résultats le mercredi 1er décembre pour lui reprocher le lendemain de ne pas avoir respecté les délais, n’est qu’une ruse grossière. La décision antidémocratique du Conseil constitutionnel de déclarer Laurent Gbagbo élu et son intronisation officielle risquent de déstabiliser la Côte -d'Ivoire.

Isolé au sein de la communauté internationale, Laurent Gbagbo trouve portant encore un soutien étonnant et choquant auprès de certains responsables politiques français. Laurent Gbagbo, membre de l’Internationale socialiste, a été un opposant courageux à la dictature de Félix Houphouët-Boigny. Mais, déjà, en 2000, au lieu d’entériner le résultat d’une élection dont avait été injustement exclu  Alassane Ouattara, il aurait dû revenir aussitôt devant les électeurs.

 

La suite de sa présidence n’a été qu’une longue manœuvre dilatoire pour repousser le moment de donner la parole aux Ivoiriens. Aujourd’hui, ceux-ci ont parlé clairement, il faut respecter leur vote, et les instances européennes et internationales doivent agir dans ce sens. En gardant le pouvoir, ce n’est pas seulement la communauté internationale,mais c’est surtout son peuple qu’il trahit, au risque d'une partition du pays.

Publié dans Monde

Commenter cet article