FUKUSHIMA-SUR-GIRONDE

Publié le par Jean Luc Guerbois

blaye.jpg

 

Dans la nuit du 27 décembre 1999, sous l’effet de l’ouragan qui traversait la région et une partie de la France, la centrale nucléaire du Blayais subissait une inondation comparable à celle subie le 11 mars dernier par la centrale japonaise de Fukushima. Plus de 100 000 mètres cube d’eau de la Gironde envahissaient alors deux des quatre unités de production électrique du Blayais. Selon son directeur de l’époque, cette nuit fut « d’une grande intensité et d’une certaine tension, mais aussi d’une bonne maîtrise ». En fait, il s’en est fallu de peu pour que la centrale connaisse un drame du même ordre que celui de Fukushima.

 

Le président d’ACDN a écrit hier au directeur de la centrale et aux préfets de Gironde et de Charente Maritime pour leur rappeler les questions déjà posées en septembre 2002 et leur en poser de nouvelles, dont celle-ci :

 

La centrale du Blayais a 30 ans en 2011. Attend-on la fusion d’un réacteur pour la fermer ?

 

Pour soulever cette question et pour commémorer les morts de l’accident de Tchernobyl survenu  il y a 25 ans, le 26 avril 1986, ACDN appelle avec d’autres organisations tous les citoyens que préoccupe l’insécurité nucléaire à se rassembler devant la centrale du Blayais LUNDI 25 AVRIL à midi, pour un pique-nique suivi d’une manifestation.  

 

En Poitou-Charentes, des convois en covoiturage partiront de plusieurs villes. 

A Saintes, le départ se fera lundi 25 avril à 11 heures depuis la place de la sous-préfecture.

 

 

Renseignements : 06 73 50 76 61 contact@acdn.net  

 

Voir les lettres d’ACDN : Fukushima-sur-Gironde

 

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article