La mort de Ben Laden n’est pas l’épilogue de la lutte contre le terrorisme

Publié le par Jean Luc Guerbois

terrorisme.jpg

 

Europe Ecologie Les Verts mesure l'étendue à la fois symbolique et politique de la mort du leader d'Al Qaeda, Oussama Ben Laden, tué par un commando de l'armée américaine au Pakistan après une traque de dix ans.

Pour EELV, la véritable justice aurait consisté en une arrestation et un procès de Ben Laden qui n'aura malheureusement pas lieu pour établir toutes ses responsabilités dans la mort de tant d'innocents frappés par les attentats terroristes dans le monde et dont ceux du 11 septembre 2001 restent comme emblématiques. Pour établir aussi comment l'action des Etats-Unis dans la guerre d'Afghanistan des années 1980 et dans la coopération et le soutien au régime monarchique dictatorial saoudien ont pu contribuer à l'émergence d'Al Qaeda.

Incontestablement, la mort de Ben Laden constitue un apaisement pour le peuple américain et un succès pour le président Obama.

L'élimination de Ben Laden ne signifie pourtant pas l'élimination du terrorisme d’Al Qaeda, moins encore celle du terrorisme, comme viennent de le montrer les évènements dramatiques de Marrakech.
 
Elle constitue toutefois un revers pour Al Qaeda, une organisation ennemie des droits de l'Homme et de la démocratie, qui constitue un allié objectif pour tous les adeptes occidentaux d'une collaboration avec les dictatures corrompues du monde arabe, faussement considérées comme un rempart face au terrorisme, et pour les tenants d'une confrontation des civilisations, alors que le printemps des peuples arabes démontre qu'ils partagent l'aspiration universelle à la liberté, aux droits de l'Homme et à la démocratie.

La mort de Ben Laden est peut-être l'épilogue des attentats du 11 septembre 2001, après l'assassinat ciblé de nombreux commanditaires, sans jugement mais elle ne constitue pas la fin du terrorisme.
 
EELV rappelle que celle-ci doit reposer d'abord sur l'éradication des causes mêmes du fanatisme terroriste,  qu’il soit religieux ou lié à la misère et désespérance sociale.
 
Cela passe par un combat résolu pour l'accès de tous aux besoins fondamentaux, pour la redistribution des richesses, pour la régulation internationale des échanges économiques et par une lutte déterminée contre les paradis fiscaux.

Publié dans Monde

Commenter cet article

MarcDa 05/05/2011 15:17


Tout à fait d'accord ! Il faut repenser notre façon de vivre ensemble, notre façon de gérer notre argent. Ca ne peut pas continuer de cette façon, les riches de plus en plus riches, les pauvres de
plus en plus nombreux et démunis. Je ne veux pas de ce monde là, et je suis heureux de voir que je ne suis pas le seul.

Mieux, je vois que les politiques commencent enfin à s'investir et à s'impliquer, ça fait plaisir ! Agissons pour une meilleure répartition des richesses, pour plus de transparence dans les paradis
fiscaux (puis-je être optimiste en disant "pour la fin des paradis fiscaux"??!!)!