La prime aux salariés : une prime électoraliste !

Publié le par Jean Luc Guerbois

argent.jpg

 

La proposition de verser une prime de 1000 euros aux salariés des entreprises augmentant leurs dividendes est un nouveau coup médiatique du gouvernement. Un coup médiatique qui est une mauvaise réponse au problème réel et profond de pouvoir d'achat des habitants de notre pays et ce pour 3 raisons :

Tout d'abord, le gouvernement va accroître les inégalités de revenus entre salariés car la prime ne concerne qu'une partie d'entre eux, ceux qui ne comptent pas parmi les plus précaires de la population.

Ensuite, le gouvernement fait encore une fois un cadeau aux entreprises en mettant en place des rémunérations exonérées de cotisations sociales. Cette politique systématique d'exonérations affaiblit notre système de protection sociale, dont nous n'avons jamais eu autant besoin qu'aujourd'hui.

Mais surtout on ne peut répondre par une mesure ponctuelle et partielle aux problèmes durables de pouvoir d'achat qui touchent la majeure partie des salariés.

C'est à l'augmentation des prix de l'essence, des produits alimentaires, du logement qu'il faut répondre. Car ces tensions sur les prix vont continuer à s'accroitre si nous ne changeons pas pour un mode de vie plus économe en ressources, et pour une véritable politique du logement.

C'est aussi à la précarité et à l'inéquité des salaires qu'il faut s'attaquer. Une autre politique salariale et de revenus est possible. Elle doit réduire le nombre et augmenter la rémunération des temps partiels subis qui affectent essentiellement les femmes, en proposant une prime sur les premières heures travaillées. Elle doit revenir sur le gel des salaires des fonctionnaires pour 2012. Elle doit assurer une véritable redistribution des richesses, et donner corps à la notion de revenu maximum acceptable par le resserrement des échelles des salaires dans les entreprises, et par une reforme fiscale majeure.  

Ce sont ces solutions profondes et durables que les habitants de notre pays attendent et non cette politique d'affichage qui reporte les questions essentielles à plus tard.

Commenter cet article