Plan de cessation ? Il faut réduire le nombre de porcs plutôt que le nombre d'éleveurs

Publié le par Jean Luc Guerbois

Communiqué de presse - 29 oct 2010

Mardi 26 octobre, une cellule de crise porcine s'est tenue à Rennes : cette réunion ouverte à tous les représentants de la profession était un simulacre qui prouve que des décisions sur l'avenir des paysans se prennent sans eux. La Confédération paysanne s'indigne de l'absence des soi-disant responsables de la filière porcine (notamment le président de l'interprofession) lors de cette réunion.

Le plan de cessation d'activité proposé à Rennes ne résout en rien la problématique collective de la production porcine. Il consistera à licencier les 15% d'éleveurs considérés comme les plus faibles, sans garantir un prix rémunérateur aux autres éleveurs. Dans ce contexte de surproduction, il faudra un autre plan dans quelques mois. En effet, rien ne nous permet d'espérer une amélioration pour le reste des éleveurs, dans la mesure où les responsables de la filière refusent de baisser la production. Le problème réside dans l'excédent de production et dans nos capacités de vente : la filière est incapable de vendre nos porcs et perd même des parts de marché au niveau européen.

La filière porcine arrive au bout d'une politique de production qui n'a jamais pris les moyens de régler les problèmes de rémunération des éleveurs et de régulation des marchés (porcin et matières premières). Les producteurs en font les frais et sont aujourd'hui dans une situation catastrophique car les conditions pour une amélioration de la rémunération des éleveurs ne sont toujours pas réunies.

La Confédération paysanne revendique la réduction immédiate du poids de carcasse (pour réduire le poids de viande mis sur le marché). C'est certes une mesure franco-française, tout comme le plan de cessation d'activité. La Confédération paysanne demande à nouveau que se tiennent au plus tôt des états généraux pour faire une proposition collective à l'Europe d'une réforme de l'OCM Porc, qui inclue des outils de régulation de la production pour sortir l'élevage porcin de la crise. La Confédération paysanne appelle les producteurs à réagir et à demander des comptes à leurs groupements et aux pouvoirs publics.

Contact :

Pierre Brosseau (responsable de la commission nationale porcine) : 06 62 72 53 00

Philippe Meynier (secrétaire national) : 06 29 80 08 37

Publié dans Agriculture et eau

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article