Restos du Coeur, 25 ans déjà !

Publié le par Jean Luc Guerbois

Le 29 novembre 2010, les Restos lanceront leur 26e campagne d’hiver dans toute la France.

Année après année, à espérer que nous assisterions à la fin des Restos, la « petite idée » lancée par Coluche en 1985 sur Europe 1 a aujourd’hui 25 ans… 

Grâce à un fort réseau de bénévoles, passé de 4 500 au début à 58 000 aujourd’hui, les Restos maillent tout le territoire et viennent en aide à plus de 830 000 personnes (+ 20 % en deux ans) tant sur le plan alimentaire qu’en leur donnant ou redonnant les outils de leur autonomie. 

Grâce à une gestion rigoureuse (reconnue par la Cour des Comptes à deux reprises) qui a permis de fournir des repas équilibrés pour à peine un euro. 

En 2010/2011, les Restos se mobiliseront pour faire face à l’accroissement du nombre de personnes accueillies. Ils ne parviendront à le faire que si la mobilisation est totale.

 

Une nécessité absolue : sauver les aides de l’Europe et de l’état

Il y a 25 ans, Coluche a convaincu Jacques Delors d’ouvrir les « frigos de l’Euro¬pe ». Depuis 1987, le Programme Européen d’Aide aux plus Démunis (PEAD), seul élément de la politique sociale sur notre continent, offre une aide aux 80 millions d’Européens vivant en dessous du seuil de pauvreté. Cet hiver, à l’occasion de la réforme de la PAC prévue pour 2013, les Restos demanderont sans relâche au Gouvernement français de se battre pour sauver ce programme contre les coups de boutoirs de l’Allemagne et de l’Angleterre. 

En attendant, l’aide complémentaire de l’État (PNAA) doit absolument être maintenue : comment expliquer qu’au coeur de la crise économique et de la remontée des prix des matières premières, les associations soient moins soutenues alors qu’elles n’ont jamais eu autant de personnes à aider ?

 

L’aide au retour à l’emploi n’est pas une « variable d’ajustement »

L’objet social des Restos n’est pas uniquement de distribuer des repas : il consiste à aider tous ceux qui fréquentent ses centres de distribution à ne plus avoir besoin d’y revenir. Loin d’être de l’assistanat, c’est pour la plupart des personnes accueillies le fait de retrouver un emploi qui permettra la sortie de crise.

Depuis des années, les 93 chantiers d’insertion (ACI) de l’association construisent des parcours de retour dans la vie active de1 350 personnes en contrats aidés, et permettent à plus de 27 % d’entre elles une sortie positive. Tout cela n’est possible que dans la durée, avec un soutien financier pérenne et constant de l’état et des départements. Au mois d’octobre, des changements brusques et non concertés des politiques en la matière ont mis en péril plusieurs chantiers et menacé une centaine de parcours de retour à l’emploi de s’interrompre brusquement. 

Les Restos demandent à l’état de respecter sa signature et de mener une politique pluriannuelle qui ne varie pas au gré des enveloppes budgétaires.

 

La liberté associative est-elle menacée ?

Les exemples ne manquent pas d’élus qui confondent les Restos du Coeur avec les services publics qu’ils administrent. Nous avons toujours répondu par une neutralité politique indéfectible et une indépendance jalousement conservée, car les 58 000 bénévoles des Restos sont au seul service des plus démunis.

Les Restos ont toujours démontré qu’avec un euro d’argent public confié, ils permettaient au moins cinq fois plus d’aides directes, ce qu’aucune administration ne pourrait faire à si faible coût. Mais l’association fondée par Coluche a toujours refusé, et continuera de le faire, de devenir une institution ou une simple délégation de service public.


> Peut-on imaginer ce que serait notre société sans les associations et le bénévolat ?

 

Les chiffres Restos en 2009-2010

103 millions de repas équilibrés distribués.
830 000 personnes accueillies.
30 000 bébés de moins de 12 mois aidés.
58 000 bénévoles.
2 056 centres et antennes.
70 Restos Bébés du Coeur.
13 000 sans-abris aidés chaque semaine par 98 camions, points repas chauds ou maraudes.
93 Ateliers et Chantiers d’Insertion.
1 350 personnes en insertion professionnelle.

Publié dans Société

Commenter cet article