Sarkozy-Chatel : la chasse aux sorcières continue

Publié le par Jean Luc Guerbois

maman-voilee.jpg

 

Le gouvernement Sarkozy persiste dans sa politique de chasse aux sorcières. Ce sont maintenant les parentes d’élèves, les mamans portant le foulard qui attirent l’ire de notre gouvernement. Le Ministre de l'Éducation Nationale, Luc Chatel, projette de leur interdire d’être accompagnatrice dans le cadre des sorties scolaires.

Espérons que la HALDE rappellera fermement l’avis qu’elle a émis en 2004. Elle précisait que l’interdiction du port du foulard, alors introduite par la loi, ne saurait s'appliquer aux parents d’élèves. C’est une nouvelle discrimination que le ministre veut instaurer. La proposition vient d'être reprise dans le programme de l'UMP pour 2012, parmi 26 propositions tout aussi inquiétantes, notamment la légalisation de la discrimination à l’embauche des femmes portant le foulard y compris dans le secteur privé.

Nous refusons cette logique de stigmatisation et de mise au ban de la communauté éducative d'une partie des parents, les mamans portant le foulard, stigmatisation qui les disqualifie aux yeux de leurs enfants et les désigne comme parents indignes de la confiance de l'institution scolaire.

Nous refusons l’instrumentalisation de la laïcité au profit d'une logique de guerre contre une religion, l'Islam, et rappelons avec force que la laïcité garantit l'exercice des libertés individuelles en affirmant la neutralité des services publics et de leurs agents mais en aucun cas celle de leurs usagers, fussent-ils volontaires pour accompagner des enfants lors de sorties scolaires.

L'École publique doit être ouverte à tout public, l'École publique doit être un lieu de rencontre et non d’exclusion, l'École publique doit reconnaître et promouvoir le droit à la différence, et  rejeter le mépris et la stigmatisation de l'Autre.

Ce projet gouvernemental contribue au renforcement du climat islamophobe et raciste : ce sont une fois encore les musulmans et une fois encore les femmes qui sont discriminées. Ce type de décision nourrit les préjugés racistes et désigne à la vindicte une partie de nos concitoyens.

Nous défendons un droit élémentaire : le droit pour toute femme portant un foulard de vivre, de travailler, de s'impliquer dans la cité aussi pleinement qu'elle l'entend, et, bien sûr, de jouer un rôle dans la scolarité de ses enfants, au même titre que n'importe quel autre parent. Sans attendre 2012, nous exigeons l'abandon pur et simple du projet Chatel, et l'arrêt de ces exclusions infamantes.

Publié dans Société

Commenter cet article