Sauvons l'aide alimentaire européenne

Publié le par Jean Luc Guerbois

restau-du-coeur.gifPour sauver l’aide alimentaire européenne (PEAD),
les Restos du Coeur et les parlementaires européens demandent
au Conseil des ministres le vote d’une mesure d’urgence
 
Communiqué de presse
07/07/2011
RAPPEL
 
 
L’existence du PEAD est mise en cause
 
 
 
par un arrêt de la Cour de Justice européenne rendu sur
demande de l’Allemagne en avril dernier. Cette condamnation juridique du programme réduisant, dès
2012, l’attribution européenne de 500 millions à 113 millions d’euros peut être évitée si la réforme du
PEAD – pour l’instant bloquée par le véto de sept Etats membres – était votée rapidement, soulageant
ainsi les 19 pays qui bénéficient de ce programme.
 
Aujourd’hui les parlementaires européens se sont prononcés à une large majorité (plus de
85 % des eurodéputés votants *) pour la sauvegarde du Plan Européen aux Plus Démunis
assurant l’aide alimentaire de plus de 13 millions d’Européens.
 
Les Restaurants du Coeur demandent au Conseil des ministres européens de prendre acte de la volonté
du peuple européen, exprimée démocratiquement aujourd’hui, et de répondre rapidement par
le vote d’un régime transitoire pour 2012-2013.
Si cette décision n’intervient pas au plus tard fin septembre, ce sont 130 millions de repas
qui ne seront plus distribués en France dès 2012.
 
Une fois l’urgence traitée, le chantier de la réforme pérenne du PEAD devra alors être engagé en
concertation avec les associations européennes. Quels que soient l’outil et la nature de l’enveloppe
européenne qui découleront de ces négociations, l’Europe devra aligner ses mesures avec ses ambitions,
au coeur de la sécurité alimentaire comme de la lutte contre la pauvreté.
Les Restos du Coeur et l’ensemble des associations françaises resteront vigilants à la réalisation
de l’objectif : permettre aux plus démunis d’accéder à une alimentation saine et équilibrée.
 
En tout état de cause, les propositions actuelles de la Commission Européenne pour le PEAD sur la
période 2014-2020 paraissent à elles seules insuffisantes pour répondre aux besoins des 80 millions
d’Européens vivant en dessous du seuil de pauvreté.

Publié dans Société

Commenter cet article