72 h après Marcoule : pourquoi ce silence ?

Publié le par Jean Luc Guerbois

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 15 SEPTEMBRE 2011nucléaire

72 heures après l’accident qui s’est produit sur le site nucléaire de Marcoule et les heures de grande confusion qui ont suivi, EELV s’inquiète de l’absence d’information sur les causes de l’explosion.

Le site de Marcoule est l’un des plus grands centres nucléaires de France. Il comporte de très nombreuses installations nucléaires où sont stockées de grandes quantités de déchets radioactifs mais également du Plutonium, et ce silence crée le trouble.

Six mois après le début de la catastrophe de Fukushima, le duo de ministres chargé de la besogne en communication nucléaire, Eric Besson et Nathalie Kosciusko-Morizet, a affiché la même condescendance et concentré son action sur des broutilles lexicales (« industriel » ou « nucléaire ») ceci quelques heures à peine après le drame qui a coûté la vie à une personne.

EELV considère que la gestion de cet accident a mis en lumière des défaillances inacceptables des systèmes d’information. Nos deux ministres ont semblé ignorer le vent de panique qui a soufflé sur Marcoule où il a fallu attendre plus de deux heures pour que l’information arrive enfin, et ce, par le biais des pompiers.

Dans le pays le plus sûr du monde en matière nucléaire comme aiment le ressasser les membres du gouvernement, il n’est pas acceptable que les populations aient appris l’accident aux simples sons de sirènes ou par le bouche à oreille ; que les professeurs des écoles en aient été réduits à confiner leur propre classe faute d’information élémentaire ; que les élus locaux n’aient reçu pas même une bribe d’indication et aient été livrés à eux-mêmes.

Hier, lors de la CLI (Commission locale d’information), le directeur de l’usine Centraco a reconnu ne pas avoir accès au four en question, placé sous scellés et n'a pas fourni d'explication sur l'explosion et ses causes.

Au-delà de cet accident, nous devons cesser de faire courir des risques aux conséquences incommensurables à la population française et européenne. EELV rappelle la nécessité d’une sortie résolue du nucléaire et dans cette attente, l’exigence absolue de transparence et d’information en temps réel des populations et des élus locaux.

Cécile Duflot, secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts

Publié dans Energie

Commenter cet article