Résolution Gaza. Explication de vote‏

Publié le par Jean Luc Guerbois

Suite à l'attaque de la flottille de la Paix au large de Gaza, le Parlement européen vient d'adopter à une très large majorité (470 votes pour, 56 votes contre et 56 abstentions), la résolution ci-jointe.

Les débats ont été intenses entre les groupes et au sein même du groupe Verts/ALE, sensibilités nationales, poids de l'histoire, sensibilités communautaires, romantisme, etc. Lors des négociations (Dany&moi-même pour le groupe), il a été proposé qu’il n’y aurait pas d’amendements au texte de compromis. Ce qui de notre point de vue permettait d'éviter que la droite n’affaiblisse le texte en plénière, et d'adopter une résolution unitaire et forte, sans qu’il ne soit possible de dire qu’on a perdu sur tel ou tel amendement. Cette décision a été respectée : aucun amendement n’a été déposé. Nous-mêmes n’avons finalement pas déposé l’amendement exigeant la suspension de l’accord UE-Israël. Cette strat&ea cute;gie était d'ailleurs souhaitée par les représentants Palestiniens eux-mêmes en attente avant tout d'une parole unitaire du PE (comme j'ai pu le constater lors d'une rencontre avec Ziad Abu-Amr, Député indépendant ou avec le Ministre de l'économie Hasan Abu-Libdeh).

Quand à la représentante de l'Autorité Palestinienne auprès de l'UE Leila  Shahid, elle n'a pas ménagé son temps pour faire du porte-à-porte et convaincre les députés de soutenir la Résolution !

Pour ce qui concerne l’Accord d’association, nous avons obtenu que la résolution exige d’Ashton qu’elle réunisse de manière urgente le Conseil d’Association UE-Israël (organe bipartite de haut niveau pour superviser l’accord d’association) afin d'examiner la situation.

Notre groupe va d'ailleurs entreprendre prochainement une large campagne au sein du PE pour obtenir le gel d'ACAA, accord sur la reconnaissance mutuelle UE-Israël dans le domaine de l’évaluation et de la conformité. Cet accord qui parait technique est économiquement important pour Israël.

De même, dans la prolongation des « questions parlementaires » que j'ai posées à la Commission et au Conseil sur les produits issus des colonies israéliennes en Palestine, il a été décidé par le groupe d’approfondir collectivement cette question et de lancer une campagne à ce sujet. 

 

Amicalement,




Nicole Kiil-Nielsen

Publié dans Monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article