Non à la privatisation des semences.

Publié le par Jean Luc Guerbois

semencesLa Confédération Paysanne appelle à rejoindre le collectif "semons la biodiversité" le lundi 28 novembre devant l'Assemblée Nationale à partir de 16h30 pour demander aux députés de rejeter la proposition de loi sur les certificats d’obtentions végétales (CVO) qu'ils doivent examiner le même jour à 18h.

Pour une majorité d’espèces végétales comme les légumes, ce texte propose d'interdire aux paysans d'utiliser leurs semences issues de leurs récoltes. Pour les 21 espèces pour lesquelles l’Europe autorise les semences de ferme comme le blé et les pommes de terre, ce texte contraint les paysans à payer des royalties.

L’objectif est de les obliger à acheter chaque année les semences privatisées par les Droits d'Obtention Végétale de l'industrie semencière.

En favorisant la confiscation des toutes les semences par des Droits de Propriété Industrielle, le vote de cette proposition de loi porterait une atteinte inacceptable à la sécurité alimentaire et menacerait la liberté de ressemer ses propres graines au lieu d’en acheter. La souveraineté politique de la France deviendrait dépendante du bon vouloir d'entreprises qui, pour la plupart sont des multinationales.

Le droit des paysans de ressemer et d'échanger leurs semences est le fondement de l'agriculture et de la biodiversité, il ne peut pas être remis en cause au profit d'intérêts privés.

La Confédération Paysanne appelle les députés à rejeter cette loi liberticide et les citoyens à défendre ce droit ancestral en manifestant à ses cotés.

Communiqué de presse de la confédération paysanne : http://www.confederationpaysanne.fr/non-privatisa-semences-liberte-semences-fermi_331-actu_1919.php

Publié dans Agriculture et eau

Commenter cet article